Neko ga mis nos espoirs en miettes




Les plus perspicaces de mes brillants bêta-lecteurs ont pu remarquer que je ne leur ai pas fait parvenir le chapitre 3 de mon histoire mondialement connue.
Je sens votre désespoir, votre colère, je sens gronder les gens dans la rue, me fusiller du regard, organiser des manifestations, des émeutes, appeler à une chasse à l’homme !
Même les spectacles de Dieudonné ont été arrêtés pour protester contre le retard de cette sortie. « Nekogami no tabi sinon rien ! » aurait-il scandé lors de sa conférence de presse, allant même jusqu’à accuser le gouvernement de vouloir me faire taire.



Rappel des faits

Cela devait être votre cadeau de Noël, le petit plus à côté de la PS4 ou du pull en poils de mamouth tricoté main par des petites filles cambodgiennes. Ce petit truc qui vous redonne foi en la magie de Noël, vous donnant presque envie de redevenir enfant. Bref, ce devait être une fête pour tout le monde, que dis-je, un évènement !
Mais les festivités ont été entachées par cette non sortie, remarquée par un grand nombre de personnes (à savoir une, moi) et qui a tenu en haleine la blogosphère avec de nombreux billets (à savoir un, le mien).

Je me faisais un devoir d’illuminer votre Noël et votre fin d’année de magie et de bonheur. Ce n’était pas du tout parce que ça n’avançait pas et que je devais me bouger le cul pour sortir enfin quelque chose. N’écoutez pas ces mauvaises langues qui tentent de me décrédibiliser !



Ça avait pourtant bien commencé

Jusqu’au 25 décembre, tout allait parfaitement bien. Les décorations étaient somptueuses, les cadeaux de Noël (presque) prêts, les rennes (un de plus que l’an dernier, c’est pas la crise pour tout le monde, certains ont pris de l’embonpoint) attelés au traineau, les biè… la limonade dans le coffre, le chapitre terminé, tout était sur les rails !

Je suis allé chez mes parents pour fêter les fêtes (oui oui, on fête des fêtes, j’vous jure !), obligation familiale oblige (je rappelle qu'une obligation est forcément obligatoire), en prenant soin de prendre (décidément) avec moi mon pc portable et ma clé usb chérie, contenant le trésor tant convoité.

Petites finitions de dernière minute le 24 au soir avant l’ouverture des huîtres, tout est nickel chrome, il ne reste plus qu’à déposer le cadeau sous le sapin le lendemain. Les descriptions des persos sont en grande partie faites, je peux aussi faire un cadeau aux autres lecteurs en leur en proposant quelques-unes.



Et là, c’est le drame

Oui, tout était parfait, calculé, calibré pour une réussite totale. Le plan ne pouvait échouer. Mais. J’ai fait une erreur de calcul. J’ai oublié d’inclure une variable dans le système. L’animal le plus sympathiquement maladroit et balafré que la terre ait porté, Albacroquette, le corsaire des litières et d’un périmètre de 10m autour de la maison, le chat de mes parents, Blanco alias « 3 pattes le balafré ».

Le chat de mes parents est un gros matou, totalement blanc (d’où son nom), enfin, quand il n’a pas fait le garagiste sous les voitures, gentil comme tout, mais extrêmement pataud et maladroit car ne possédant plus que 3 pattes sur 4 (d’où son surnom). C’est aussi un féroce défenseur de la maison et des environs, le maître incontesté et incontestable des lieux, possédant un nombre incroyables de bastons gagnées, y compris après avoir perdu sa patte. Il est donc tout le temps plein de balafres et de plaies.

Et il m’affectionne beaucoup. J’ai beau ne pas être souvent chez mes parents, il m'adore à tel point qu’il me voue limite un culte, à vouloir sans arrêt mes faveurs. Ce qui occasionne par moment des catastrophes comme celle que je vais vous dévoiler.

C’était le matin de Noël, l’atmosphère était à la joie et à l’ouverture des cadeaux, joie partagée par notre ami 3 pattes. Peu avant le repas de famille de Noël gargantuesque qui m’attendait, je me suis dit qu’il était temps de vous donner votre cadeau, car avec 3 kilos de nourriture et 2 litres d’alcool dans le sang, je n’aurais plus été très sûr de vous le donner correctement. Bon, je suis quand même un ventre sur pattes polonais, y a peu de risque, mais sait-on jamais. Je m’écarte donc de la liesse du rez-de-chaussée pour me réfugier dans ma chambre à l'étage, sur mon lit, pour avoir une position adéquate et parfaite pour lancer l’opération « Noël nyanesque ».

Ordinateur portable sur le ventre, pour profiter de sa chaleur, et clé usb dans la main droite, je l’enfourne dans le premier port usb à ma portée (en petit coquin que je suis). Hop, elle est reconnue tout de suite, j’accède aux fichiers sans problème. Mais c’est dans un timing on ne peut plus parfait qu’on a décidé de m’attaquer par surprise. J’ai malheureusement oublié de fermer complètement la porte de ma chambre et 3 pattes, bien décidé à faire un câlin de Noël (certainement son cadeau envers moi), en a profité pour entrer, en bon filou qu’il est. Et il s’est jeté sur le lit en espérant m’atterrir dessus. Quand je dis « jeté », je n’exagère pas, ce chat ne sait faire que dans l’excès. Il a donc sauté plus qu’il ne fallait (ce qu’il fait toujours, pour éviter d’utiliser ses pattes avant en réception) et s’est laissé tomber de tout son poids de gros matou. Alors qu’il était encore en l’air, il a vu que l’atterrissage allait se faire en terrain informatique et, de ce fait, de façon risquée. Il a donc tenté, à l’aide de grands coups de queues, de pattes et de torsions de corps que si toi tu le fais tu perds 4 vertèbres, de se diriger vers ma droite, afin d’éviter tout contact avec l’ordinateur.

Mais voilà, il ne s’est pas assez décalé… Et a atterri exactement (comme si ça avait été sa cible) sur la clé usb, impossible de faire mieux que ça. La clé usb a juste volé en éclats (déjà très affaiblie par un précédent choc) allant se disperser dans toute la pièce. Je suis sous le choc. 3 pattes aussi, visiblement agacé, il a juste sorti un petit « nya » avant de partir, comme si de rien n’était.



C’est grave docteur ?

Ma clé usb n’a pas survécu. Il aurait fallu que je sois fabricant de clés usb pour la réparer. Et même, les composants semblaient tellement au bord de la mort qu’une chirurgie réparatrice d’urgence était perdue d’avance.

Mais vous vous dites « oui, mais bon, c’est juste une clé usb, en quoi ça t’empêche de nous fournir ce chapitre ? ». Question légitime. Eh bien, en tant que bon informaticien connaissant les règles de survie de données en milieux hostiles (c’est-à-dire partout), je n’avais bien sûr pas de sauvegardes ailleurs que sur cette clé usb. Ma bouletude a encore frappé.

J’ai donc dû repartir de zéro sur ce chapitre. J’ai recommencé l’écriture, mais seulement une dizaine de jours après le drame, le désespoir et la frustration m’ayant interdit de commencer avant. C’est en cours d’écriture et ce sera disponible, je l’espère, d’ici peu.

C'est moins grave pour les descriptions, j'avais fait une sauvegarde il n'y a pas très longtemps (cherchez l'erreur, je sauvegarde ça et pas l'histoire principale...), j'ai perdu un peu moins de la moitié, c'est plus facilement gérable.

Déjà que j’ai du mal à boucler les chapitres rapidement, si en plus on me met des bâtons dans les roues…

Allez-y, huez-moi, conspuez-moi, frappez-moi !

PS : J'essaye de retrouver l'habitude de faire des pavés d'histoire, mais c'est dur ><





comments powered by Disqus